Passer le flambeau – un témoignage de Thibault

 

Chère Volontaires, Cher Volontaires,

Que vous soyez responsable dans un évènement, chef d’équipe où simplement bénévole (qui est déjà énorme en soit), je désirais vous parler d’un projet qui me tenait à coeur. Au sein de l’ASBL, une page se tourne pour moi.

thibEn effet, depuis 2002, j’ai pris des responsabilités au sein des Musicales de Beloeil comme responsable de bar. En 2009, j’ai décidé de reprendre la commission Catering, chapeautant l’ensemble des bars, et même un peu plus. C’était une expérience enrichissante pour moi, tant manageriale (à son niveau), qu’humaine.

 

Mais quitter ses fonctions, sans rien dire, dans un organisme qui a la volonté de gérer des CRACS (Citoyens Responsables Actifs Critiques et Solidaires) n’est pas très responsable, ni solidaire. En effet, j’ai décidé de passer le flambeau à qui était prêt de l’assumer.

 

Pour passer le flambeau, il faut un beau flambeau, que celui-ci tienne et donc que celui-ci soit bien construit. Il faut une bonne base, de la bonne cire et qu’il donne une bonne lumière.

 

La base : nous avons donc créé une base de données avec toutes les équipes depuis 2012 pour que le futur responsable ait de la matière avec laquelle travailler.

.
La cire est l’élément important : c’est elle qui permet de tenir longtemps. C’est la préparation, la rencontre entre l’ancien responsable et le nouveau. Apprendre à se connaitre, expliquer comment la commission Catering a été construite etc.
Certe, la cire coule après utilisation du flambeau, mais c’est l’occasion de reprendre une nouvelle cire et de créer ses propres bases, sa propre construction de la commission, sa propre vision.
Nous avons rencontré les responsables d’équipe, bar et autres,  autour d’un barbecue convivial.

 

Et la lumière, les flammes, sont les chefs d’équipe et les volontaires. C’est eux qui font évoluer la commission de part leurs remarques, leurs critiques, leurs demandes d’amélioration, leur débriefing.

 

Je voulais dire trois choses :
1 – J’ai aimé passer ces 5 ans à m’occuper de la commission Catering. Etre en contact avec vous tous.
2 – Passer le flambeau, ce n’est pas partir, ce n’est pas un échec. Au contraire.
3 – Patrice, je sais que tu feras de bonnes choses. Si tu as encore besoin d’aide, je suis disponible.

 

Ce passage de flambeau se fait dans chaque équipe : que ce soit au camping de Couleur Café, au BSF, à Beloeil ou au Conseil d’administration.

 

Passer le flambeau n’est pas un échec, c’est une préparation audacieuse : c’est oser dire : « J’ai donné le maximum de moi-même, je sais que l’on peut faire mieux. A toi, le repreneur, d’émettre une nouvelle vision et avoir l’audace de la réaliser ».

 

Thibault Tercelin de Joigny